Extraits du livre Mammouth

Extraits du livre Mammouth

EXTRAIT 1 : L’histoire commence. Un peu sur les chapeaux de roue, dans l’urgence, un peu dense et un trop plein d’énergie à évacuer. Je ne l’ai pas choisi pour rien c’est un message. Il est imposant, ancestral, disparu ? Il aurait traversé les époques mais tout le monde ne le sait pas. L’image, elle me plaît par sa force, ce qu’elle représente en tant que concept dans l’art et en général c’est génial de penser que cet animal existe encore autour de nous ! Il devait être énorme imposant, quand on le rencontrait pour la première fois, on devait s’en souvenir longtemps comme le monstre que j’essaie de décrire dans mon travail pictural. Celui de tous les jours représentant une société qui a des règles mais très peu de sentiments à l’égard d’autrui, il paraîtrait même que certains l’on vu sous son vrai visage ; il a sa place dans ce qu’on appelle « légendes urbaines ».


EXTRAIT 2 : Ma mère connaît la masse de travail de mon labeur surtout dans les années avant et pendant les Beaux-arts, je n’ai jamais compté mais c’est gargantuesque. Lors de mon déplacement dans mon premier atelier, j’ai jeté une grosse partie de ma production à la poubelle car je sentais et pour sûr, que c’était en-dessous et sans réel but si ce n’est l’exercice et la formation. Des gammes, petites révélations ou pas qu’est-ce que c’était mauvais ! Tout le monde commence petit et grandit comme une rose qui pousse et fleurit, le beau n’est pas sans se détacher de la variable temps et il faudra l’arroser de notre savoir. Quand on sait que Michel Angelo a brûlé 80% de ces dessins avant de mourir on se dit que tout le monde a le droit de s’exercer à atteindre la perfection et si on souhaite cacher ses défauts, ça nous regarde après tout. De nos jours, les filtres Snapchat sont l’exemple vraiment parlant de ceci, une espèce de société où tout le monde est beau et heureux en apparence. Ceux qui prennent des photos sur Instagram en Thaïlande durant un mois, ne postent pas de photos dans le métro le reste de l’année. On sélectionne les moments à montrer comme si on ne voulait montrer que le beau, le positif voire le meilleur de nous-mêmes. Des nouveaux métiers font leur apparition : Influenceur, Youtubeur, Instagrameur, des sortes d’égéries 2.0 le pire, on ne se mentira pas, qui vise une cible de préadolescents ... C’est une partie non négligeable du graisseux !



Voir aussi

Series - Concepts

Vous reprendrez bien du steack haché

Series - Concepts

Dans cette serie, on ne sait pas si l'homme est entrain de se faire haché ou si il fourre sa tête dedans en tout cas le plein et le vide joue de concert.

Series - Concepts

Floue et mouvement en bleue

Series - Concepts

Signification du bleuComme le ciel bleu ou la mer qui ouvre les horizons, le bleu et ses nuances (turquoise, cyan…) est une couleur étroitement liée au rêve, à la sagesse et à la sérénité. C'est l'une...

A propos

Parcour artistique

A propos

Ma démarche artistique se veut avant tout proche des gens. J'aime décrire les comportements dérivants ou ordinaires, liés à notre existence et principalement aux sociétés excessives et hyperindustrial...

Series - Concepts

L'art à la coupe

Series - Concepts

L'art à la coupe est mon concept d'art découpé. C'est dommage mais la crise est là ! On est obligé de découper l'œuvre pour pouvoir la vendre et, comme à la boucherie, les premiers servis auront les m...

Series - Concepts

L'objet : le Tickets de caisse

Series - Concepts

Objet de la consommation symbolisant l’achat, le ticket de caisse m’interpelle.Je me questionne et trouve ridicule les réductions insignifiantes au verso des tickets de caisse ; encore une nouvelle fa...

Series - Concepts

Consommer comme les blancs

Series - Concepts

Portraits avec des scans de code-barres blancs sur des peaux colorées. Symbole d'une société qui veut rejoindre le confort de vie d'autres. Ce sera compliqué on le sait car notre planète aux ressource...